Image - Réussir sa première visite chez un vigneron
On va déguster

Réussir sa première visite chez un vigneron

Que ce soit pour une escapade gustative ou pour découvrir qui se cache derrière ces bouteilles que vous aimez tant, vous partez à la rencontre d’un vigneron. Avant de franchir le pas, voici les conseils de Christian Martray, maître-sommelier, membre du comité de sélection de Ventealapropriete.com, qui a œuvré pendant dix ans au restaurant Albert 1 à Chamonix (deux étoiles Michelin). Pour que votre première fois en appelle d’autres.
Texte Blandine Clanet  Photographies Trevor Gerzen, Maja Petric, Kym Ellis, Zachariah Hagy on Unsplash   Icone temps de lectureLecture 4 min

Comment préparer sa visite ?

Sur un aspect purement logistique, on prendra soin de décrocher son téléphone pour convenir d'un créneau de visite et de bien indiquer le nombre de visiteurs. Se présenter en groupe sans avoir prévenu serait assez malvenu et votre hôte pourrait ne pas avoir prévu une dégustation pour de si nombreux convives.

Le conseil de Christian Martray
"Ne vous offusquez pas si la visite est payante : le vigneron vous fait cadeau de son temps et tente de vous faire partager sa passion, il est donc naturel de le rémunérer s'il reçoit de nombreuses visites. Près de Bordeaux, il vous en coûte désormais environ 50 € pour une rencontre avec le vinificateur, une visite des vignes et des chais, suivie d'une dégustation."

Il est idéal de s'informer un peu afin de pouvoir témoigner de son intérêt. Le domaine est-il vaste ou petit ? Depuis quand le vigneron le cultive-t-il ? De quelle nature est le sol ? Pour un visiteur non professionnel, c'est un bon début. Pour aller plus loin dans la dégustation, vous pourrez avoir en tête les cépages et le nom des cuvées. Le vigneron sera flatté et vous gratifiera peut-être de quelques surprises…

Le conseil de Christian Martray
"Si vous ne prenez pas de plaisir à déguster des vins trop jeunes ou si certains types de vins ne vous plaisent pas, vous pouvez le dire et passer à la suite. Vous n'êtes pas des dégustateurs professionnels : votre hôte ne se vexera pas"

Quel niveau d'information doit-on posséder avant sa venue ?

Y a-t-il des impairs à ne pas commettre ?

Il est bon de garder à l'esprit que le vigneron est un être passionné, mais souvent débordé. Non, ses journées ne consistent pas à contempler un vallon mordoré où la brise caresse sa récolte à venir. Artiste, mais aussi gestionnaire, il jongle entre ses tâches quotidiennes et les divers imprévus auxquels toute exploitation doit faire face. Les visites viennent en plus de tout cela. Mais si vous êtes à l'écoute de sa passion, vos vibrations positives vous attireront toutes ses faveurs : il vit pour son vignoble et aime le faire découvrir. Si, en revanche, vous le traitez comme un simple commerçant, il pourra se murer assez rapidement dans le silence ou rechigner à vous vendre une bouteille.

Le conseil de Christian Martray
"La ponctualité est de mise, ainsi que l'humilité (faire un scandale pour obtenir une date plus proche ou une place de parking à l'ombre sera assez mal vu). Attention : il n'est pas rare qu'un client peu aimable se voit inscrire sur la liste noire du domaine. Certains vignerons cessent même définitivement les visites, les réservant aux clients professionnels et aux journalistes."

Il n’est pas rare qu’un client peu aimable se voit inscrire sur la liste noire du domaine.

On vous proposera généralement un tour de cave et parfois une visite des vignes. Vous aurez ensuite l'occasion de goûter les vins, parfois à différents stades de leur évolution.

Le conseil de Christian Martray
"Pensez à emporter un carnet de notes pour y conserver les détails de votre visite !"

À quoi s'attendre le jour j ?

Et si le vin que je goûte ne me plaît pas ?

Comme bien des situations, celle-ci appelle tact et subtilité. Faire semblant est inutile, mais plutôt que d'indiquer simplement que vous ne l'aimez pas, tentez de le caractériser par quelques adjectifs. Souvent, le vigneron vous expliquera qu'il est en réalité au début de son évolution et vous fera ensuite goûter des vins « finis ».

Le conseil de Christian Martray
"Il faut se montrer intéressé sans en faire trop, cependant. Ne soyez pas cet invité indésirable qui donne des leçons d'œnologie au vigneron passionné ! Il risquerait de se refermer et de prier pour votre prochain départ… "

Vous avez déjà choisi la région de votre séjour, réservé un hôtel de charme pour profiter de l'arrière-saison et avez repéré un domaine que vous aimeriez découvrir. Mais vous vous demandez comment occuper la suite de votre week-end de dégustation. Votre meilleur agent de renseignement(s) est le vigneron lui-même ! C'est simple : un bon vigneron n'hésitera jamais à vous recommander un autre vigneron — s'il travaille bien, la renommée d'un confrère ne peut pas lui nuire. Demandez donc conseil à votre hôte !

Le conseil de Christian Martray
"Vous pouvez aussi choisir de dîner dans un restaurant gastronomique situé à proximité. Au cours du repas, demandez au sommelier de vous conseiller : peut-être même pourra-t-il vous introduire auprès d'un domaine peu ouvert aux visites…"

Quels autres domaines visiter ?

Un bon vigneron n'hésitera jamais à vous recommander un autre vigneron.

Et après la visite ?

Envoyer par exemple un courriel de remerciements, en mentionnant éventuellement les cuvées que vous avez préférées. Inutile d'en faire plus, mais le vigneron sera content et s'assurera de vous conserver dans son fichier client pour vous prévenir de la sortie de ses nouvelles cuvées.