Grand-format

Chapoutier, quand les vignes se révèlent à vélo

Véritable éloge de la lenteur, au plus près de la nature, la virée à bicyclette s’avère être le plus court chemin pour découvrir toute la diversité et l’incroyable richesse des terroirs de la maison M. Chapoutier. Le nez au vent, toute la complicité entre le vin, les vignes, les sols et la beauté de ces paysages se laisse alors découvrir au fil du pédalier.
Texte Hadrien Gonzales  Illustration Caroline Andrieu  Icone temps de lectureLecture 7 min

À 20 kilomètres au nord de Valence, Tain-l’Hermitage s’impose à la fois comme le berceau de quelques-unes des plus belles appellations viticoles du pays — Hermitage, Saint-Joseph, Crozes-Hermitage, ou encore Cornas — et de l’une des plus prestigieuses maisons de vin françaises, Chapoutier. Ses vignes en coteaux parcourues de sentiers offrent des paysages fascinants, mais généralement peu accessibles… à moins d’enfourcher un VTT à assistance électrique et de suivre le guide !

Voici trois itinéraires au départ du caveau de Chapoutier. Sous les yeux et les pieds du cycliste, ce sont toutes les strates et textures de la terre qui défilent. Pour, une fois de retour chez soi, en faisant tournoyer un vin sous son nez et sur ses papilles, éclairer la dégustation d’une connaissance quasi charnelle des terroirs.

CIRCUIT 1
Sur la colline de l’Hermitage

On raconte que la colline de l’Hermitage est éclairée par trois soleils : le premier est l’astre naturel, le second est le reflet de ses rayons sur le Rhône et le troisième leur réverbération sur les silices du sol. Pour le vérifier, rien de tel que de grimper sur cette petite montagne. Première étape : la tour du Pavillon, qui donne son nom à la cuvée « Le Pavillon » de Chapoutier, AOC Hermitage régulièrement récompensée d’un 100/100 par le Guide Parker. Les vignes s’échelonnent sur les coteaux d’une géologie singulière, constituée de sédiments sur une fine couche reposant elle-même sur un sous-sol granitique. Les terrasses en pierres rythment les paysages et rappellent parfois des tableaux de Paul Klee.

Depuis 1991, le vignoble de Chapoutier a été converti en biodynamie, une méthode de culture respectueuse des sols et de la nature qui permet l’éclosion des plus grands vins. Accompagné d’un guide de la maison, on pourra monter à la Tour carrée, où sont notamment stockés les élixirs (infusions de valériane, purée d’ortie…) qui servent au traitement biodynamique des vignes. C’est ici aussi que se trouve la parcelle de Chante-Alouette, le plus vieux vin de la maison que produisait déjà Marius Chapoutier. Fondateur de l’entreprise en 1879, il avait coutume de dire qu’un bon vin est un vin que l’on a envie de regoûter.

Le promontoire de la chapelle Saint-Christophe, lui, offre un extraordinaire panorama sur la vallée du Rhône. Tous les raisins alentour sont produits par Chapoutier. Avec un peu de chance, on apercevra les deux chevaux de la maison, Tulipe et Cuzco, en plein travail. Au printemps et à l’été, des herbes poussent, papillons et abeilles s’affairent entre les feuilles. Il faut saisir une poignée de terre (du granit décomposé) entre deux pieds de vigne et la faire glisser entre ses doigts pour se rendre compte à quel point le sol est ici vivant et aéré.
En empruntant un chemin pavé, on rallie le massif de Pierre-Aiguille : depuis le belvédère, c’est toute l’appellation Crozes-Hermitage qui s’étend. Mais patience, on s’y rendra demain…

CIRCUIT 2
Sur la route de Crozes-Hermitage

Étendue sur près de 1 650 hectares et 11 communes, Crozes-Hermitage s’impose, par sa superficie, comme la plus grande appellation des crus des côtes du Rhône septentrionales. Chapoutier décline l’AOC en 6 flacons : « Les Meysonniers » et « Petite Ruche », en rouge et en blanc, « Les Varonniers » et « Sicamor ». Depuis Tain, en contournant la colline de l’Hermitage, on traverse les vignes de syrah, marsanne et roussanne pour rallier la commune de Crozes-Hermitage. Depuis le petit bourg, on prend de l’altitude par le chemin des Lavoirs pour s’offrir une pause bien méritée au belvédère des Méjeans qui domine le Rhône. En traversant les champs d’abricotiers, vous aurez l’occasion de briller auprès de vos coéquipiers : le terroir sur lequel sont plantés ces vergers est réputé pour donner au vin le goût du fruit à noyau. De même, à mesure qu’on s’élève, le sol de galets devient de granit. Les vignes donnent alors des jus plus minéraux, avec parfois des arômes de pierre à fusil, l’odeur de deux silex qu’on aurait frottés l’un contre l’autre.

On redescend dans le village de Gervans — toujours dans l’appellation — et sa jolie petite église bâtie dans les années 1860. L’écluse de la centrale hydroélectrique enjambe le fleuve. Trois kilomètres plus loin, on traversera à nouveau le Rhône par l’impressionnant barrage d’Arras et ses six passes, d’où le Rhône coule en cascades. Dès lors, l’itinéraire n’est plus qu’un doux retour au bord de l’eau, à l’ombre des arbres : on se trouve sur la ViaRhôna, cette piste cyclable de 815 km qui relie le lac Léman à la Méditerranée. La belle passerelle Marc-Seguin vous fera franchir une fois encore le Rhône, depuis Tournon jusqu’au caveau Chapoutier. On l’empruntera dans l’autre sens le lendemain pour découvrir Saint-Joseph.

CIRCUIT 3
Dans le berceau de Saint-Joseph

Empruntez le pont suspendu Marc-Seguin pour rejoindre le château de Tournon et parcourir les belles ruelles du village. Cette promenade constitue une petite mise en jambe avant de prendre la départementale 219 qui serpente le long du versant est de la montagne. Premier stop : la tour de la Vierge. L’Hermitage s’offre ici dans toute sa splendeur. Sur la D219, la circulation est faible, mais la visibilité dans les virages aussi : attention à bien rouler en file indienne et serrer à droite le long de l’affleurement de roche granitique. Des terrasses en pierre claire rénovées récemment indiquent la parcelle du « Clos », le plus grand saint-joseph de Chapoutier. Plus loin, à gauche, au bord de l’asphalte, une statue de saint Joseph, le patron de l’appellation, surplombe la ville, protégé dans sa cage en métal. Tourner à droite au panneau indiquant la table d’orientation. À 300 mètres d’altitude, les vignes ont disparu pour laisser place aux abricotiers — en saison, des camions vendent des fruits sur le bas-côté. La vue sur la vallée est imprenable.

On fait face à la petite montagne de l’Hermitage et l’on distingue qu’elle est en réalité formée de la réunion de deux collines : celle de droite est surmontée par la Tour carrée de Chapoutier, celle de gauche par la chapelle (circuit 1). Entre les deux, la « vallée » du Méal, où Chapoutier récolte la cuvée du même nom. Ce paysage se distingue par ses quatre terroirs : galets et granit, répandus dans la vallée du Rhône, mais aussi argile et calcaire. C’est un des seuls endroits où les quatre âges géologiques se retrouvent dans un mouchoir de poche.

Redescendre par la même route avec encore plus de prudence. Arrivé à Tournon, prendre à droite et longer la voie ferrée de fret. Vous êtes en train de traverser le berceau de l’appellation Saint-Joseph. À droite, un grand panneau « M. CHAPOUTIER » flanque la colline, comme à Los Angeles les lettres blanches de « Hollywood ». C’est sur ces terrasses que l’on récolte la syrah des « Granits », un de plus beaux vins de la Maison. Plus loin, on pénètre dans Mauves, se perd dans le petit centre et retrouve la ViaRhôna pour rentrer à Tain.

DÉTAILS DES CIRCUITS
Chacun des circuits est retracé sur l'application GPS
OpenRunner, téléchargeable gratuitement

PRATIQUE

Comment
se déplacer?

Caveau M. Chapoutier

Le caveau Chapoutier dispose de sa propre flotte de VTT électriques, en location à la journée pour les groupes de 6 cyclistes maximum. Compter 25 € par personne avec dégustation au bar du caveau au retour de la promenade. Pour une formule en compagnie d’un sommelier de la maison : 70 € pour le groupe.

Caveau M. Chapoutier, 18, avenue Dr Paul-Durand, 26600 Tain-l’Hermitage.
www.chapoutier.com

Où dormir ?

Hôtel 4 étoiles Fac & Spera

Propriété de M. Chapoutier, l’hôtel 4 étoiles Fac & Spera affiche 55 chambres de standing. On reconnaît la pâte de la Maison aux petites bouteilles de vin généreusement offertes aux hôtes dans les minibars. Chambre à partir de 106 € (selon la saison). Le spa constitue un endroit de prédilection pour se délasser après une journée à pédaler. Il est accessible aux clients extérieurs pour 20 €.

1, avenue du Docteur Paul-Durant, 26600 Tain-L’Hermitage. Tél. : 04 75 08 65 00.
www.hotel.facetspera.fr

Gîtes Chapoutier

Chapoutier possède 6 gîtes exceptionnels au cœur des vignes, allant de 2 couchages (comme dans la très romantique tour du Pavillon) à 11 couchages (L’Ermite 4). À partir de 170 € le week-end (2 nuits).

Renseignements au caveau ou au 04 75 08 92 61 et www.chapoutier-gites.com

Où manger ?

Marius Bistro

À la table du Fac & Spera, les amateurs de cuisine régionale s’enthousiasmeront pour les quatre déclinaisons de ravioles (à partir de 12 €). Sur la terrasse avec vue sur la colline de l’Hermitage, les clients peuvent griller eux-mêmes les viandes d’exception présentées dans la cave de maturation (à partir de 10,90 € les 100 g pour le bœuf angus). Les petites bourses s’y retrouvent, avec un menu imbattable – entrée-plat-dessert à 18 € –, tout comme les grands amateurs de vin, avec une carte riche de quelque 800 bouteilles de régions et pays différents.

www.hotel.facetspera.fr

Le Rond-Pain

Voisin du caveau M. Chapoutier, voici un merveilleux point de ravitaillement où choisir son pique-nique avant le grand tour. On optera pour le sandwich régional à la caillette, grande spécialité charcutière de la Drôme et de l’Ardèche. Formule avec sandwich, boisson et dessert : 6,90 €.

Devant la gare de Tain-L’Hermitage.

Ferraton Père & Fils

Au bord du Rhône, et avec vue sur la colline de Tournon, cette belle maison de vin fait déguster ses crus et une excellente cuisine du marché resserrée chaque jour autour d’une entrée, un plat et un dessert. 17 € la formule.

7, quai Arthur-Rostaing, 26600 Tain-l’Hermitage. 04 75 08 51 93.
www.ferraton.fr

Où boire un verre ?

Le Dureza

Inauguré en octobre 2019, le nouveau bar du Fac & Spera tire son nom d’un cépage de la vallée du Rhône redécouvert par Chapoutier. La carte des boissons est la même qu’au Marius Bistro (à partir de 3,50 € pour l’IGP Pays d’Oc « Marius »), avec quelques raretés comme le dureza, évidemment, le gin « Sothis » de la Maison, un châteauneuf-du-pape « Barbe Rac » de 1990, les cuvées « L’Ermite » de 1991 et « De l’Orée » de 1999. On accompagnera ces réjouissances d’un assortiment de fromages de la région : picodon, saint-marcellin, bleu du Vercors… (15 € la planche).

www.hotel.facetspera.fr